L’homéopathie contreversée

L’homéopathie, pratique médicale dite douce, est actuellement au coeur d'un débat de société. Voici la version d’un pharmacien documenté, dont le but est de vous apporter quelques éléments de réponse.

Une pratique ancienne

Hippocrate, médecin grec du IV° siècle avant JC et reconnu comme père de la médecine, instaura de nombreux principes en médecine dont celui de la thérapeutique par les semblables.

C’est le docteur Samuel Hanneman qui, en 1790, explora ce principe guère utilisé jusque-là (parmi des noms connus, on trouve Paracelse et William Cullen ayant également travaillé sur les principes fondateurs). Il essaya sur lui-même le quinoa, connu pour traiter le paludisme mais donner de fortes fièvres. Il y découvrit qu’ « Une substance qui serait en mesure de dérégler un être sain en provoquant un ensemble de symptômes visibles, pourrait être en mesure de guérir un malade qui souffre de ces mêmes symptômes". Il fut le premier à énoncer "la loi de similitude", base de l’homéopathie actuelle. Il travailla une bonne partie de sa vie à étendre sa découverte à d’autres plantes ou produits chimiques (plus de 60 souches à la fin de sa vie). Il découvrit également la dilution, essentielle à l'efficacité des produits homéopathiques, ainsi que le principe de globalité. Ce dernier principe permet de considérer le malade dans son ensemble et non uniquement la maladie dont il est atteint. Ainsi, l’homéopathie considère qu’une maladie peut avoir plusieurs origines (organique, psychique, émotionnel, …)

Depuis le décès du père de l’homéopathie, cette médecine s’est répandue dans de nombreux pays dans lesquels beaucoup de médecins s'appliquent à diffuser les principes de l'homéopathie.

Une résistance naturelle des médecins et des pharmaciens

Dès la naissance de l’homéopathie, de nombreux médecins et pharmaciens s’y opposèrent car celle-ci invoque une modification du principe de base des études de médecine et de pharmacies enseignées jusque-là. La médecine homéopathique, basée sur une dilution extrême, un principe de similitude et de globalité, dérange. Comment peut-on croire qu’un composé concentré à 1/1 000 000 000 000 000 000 (équivalent 9CH) fonctionne ? Tout ceux qui utilisent cet argument ne raisonnent qu’en allopathie*, ils n'y voient qu'un effet placebo. L’homéopathie peine à montrer une efficacité franche.

Pour autant, c’est plus de 400 000 médecins dans le monde qui l’utilisent quotidiennement. Des études régulières sortent et prouvent l’efficacité de l’homéopathie, ces dernières ont porté sur des méthodes comparatives entre homéopathie et médecine traditionnelle. Par exemple, on compare un groupe d’enfants soignés par homéopathie et l’autre par la médecine traditionnelle. Les résultats sont sans équivoques : guérison plus rapide et moins de récidives dans le groupe homéopathique !

L’homéopathie : une médecine efficace avec ses limites

Bien que controversée, il est important que l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et la Commission Européenne reconnaissent cette pratique médicale. Elle est peu coûteuse, sans effet indésirable et prescrit par des médecins formés à la médecine traditionnelle qui assurent le suivi et le cadre du soin proposé. C’est cette connaissance approfondie du patient qui va assurer l'efficacité de ces soins. L’homéopathie pourrait représenter un risque si le patient n’était pas correctement suivi par son médecin. 

L’homéopathie est efficace pour soigner les pathologies chroniques et aiguës, les maladies saisonnières ou graves, mais elle ne soigne pas les lésions (plaies sur la peau, organes abîmées, …). Elle s’avère également efficace en complément des traitements allopathiques du cancer, pour soulager des symptômes notamment. Des études dans les centres hospitaliers sont réalisés régulièrement. Si ces traitements ne sont pas systématiques, c’est par manque de connaissance de l’équipe de soins puisque l’homéopathie ne rentre dans aucun protocole ou consensus sur les maladies graves à ce jour.

L'homéophatie n’est pas un remède miracle, c’est une pratique médicale qui a démontré son efficacité dans le soin de certaines pathologies. Toutefois, comme tout traitement elle nécessite le suivi d'un professionnel de santé. 

*médecine traditionnelle 

Dr Xavier MOSNIER-THOUMAS